• Conseil syndical du 01 mars 2012

     

    Beaucoup de points devaient être abordés lors de ce Conseil Syndical du 01 mars 2012, en raison de la concentration des présence sur le matin nous avons dû abordé les

     

    Sujets prioritaires sur le moment. Les points qui n’ont pas pu être traités le seront au prochain conseil syndical le jeudi 29 mars 2012. Les commissions crèches et secteur personnes âgées se sont réunies l’après-midi. La deuxième partie du conseil syndical

     

    A été consacré aux tâches techniques d’organisation de l’élection au COSAT.

     

     

     

    Organisation de l’élection au COSAT :

     

    Les professions de foi sont disponibles et seront distribuées dans les services dès cette semaine. Des collègues participeront en tant qu’assesseurs aux différents bureaux de vote.

     

    Les procurations seront envoyées au domicile de chaque adhérent.

     

     

     

    Manifestation nationale pour l’emploi à Paris le samedi 24 mars à l’appel de Solidaires

     

    Si vous êtes intéressés pour y aller, vous pouvez contacter la section du CCAS. L’aller

     

    Et le retour se feront en train sur la journée.

     

     

     

    Mobilisation dans les crèches :

     

    La lettre signée par le syndicat SUD que devaient diffuser les agents pour alerter les parents des enfants des crèches a produit des effets. Premièrement, réaction immédiate de la coordinatrice crèche du CCAS qui s’est bougée rapidement pour tenter d’empêcher cette opération. Elle a envoyé une note aux directions des crèches pour que celles-ci informent les agents qu’en diffusant cette lettre les agents s’exposaient à de possibles sanctions en raison du non respect du devoir de réserve du fonctionnaire. Devant la violence de la réaction et le flottement que cette réaction a provoqué chez les collègues nous avons pris la décision de ne pas prendre le risque de mettre les agents dans une situation difficile. Le syndicat SUD a adressé un courrier au Secrétaire Général pour dénoncer l’entrave au droit syndical que constitue l’acte de la coordinatrice petite enfance. D’après les retours que nous avons les agents n’ont pas apprécié ce positionnement de la direction. Nous avons pris la décision de communiquer le courrier en réponse à l’entrave aux directions des services pour les avertir que les agents se situent dans leur droit et qu’elles ne doivent pas s’associer à cette tentative d’intimidation.

     

    Deuxièmenent, La direction du CCAS commence à comprendre que continuer à parler sur le problème de la prise en charge des enfants et des conditions de travail des agents dégradées ne suffit plus aux agents. Il faut dire que cela dure depuis plus d’un an. SUD est intervenu à plusieurs reprises en CHS et au CTP sans que cela produise des mesures qui règlent le problème. Sensible à ce qui pourrait apparaître publiquement et qui pourrait ternir son action en faveur de la petite enfance, la direction a réagi rapidement en programmant une réunion avec le syndicat SUD le mercredi 7 mars. Des collègues des crèches se rendront à cette réunion. Suivant ce qu’il en ressortira, les agents se détermineront sur les suites à donner….nous avons informé directement le Maire de la situation…à suivre…..

     

     

     

    Respect des temps de pause dans les services

     

    Dans les crèches et les autres services, si les temps de pause ne sont respectés il faut le notifier dans le registre hygiène et sécurité dans le cahier des incidents.

     

    Rappel sur le temps de pause :

     

    Pause repas (méridienne) : 30 minutes pour les agents en service continu auxquelles se rajoutent 20 minutes à répartir suivant un accord avec la direction de service sur la journée de travail. Ces 20 minutes sont acquis à partir du moment où la durée de travail journalière est d’au moins 6 heures quelque soit sa répartition sur la journée.

     

     

     

    Mouvement du 115

     

     Il y a 120 à 160 refus par jour au 115 pour un nombre d’appel 4 fois supérieur. Les personnes à la rue n’arrive pas à entrer en contact avec le 115.

     

     Cette année le grand froid est arrivé avant que  les réponses aux demandes d’anticipation sur le nombre de places disponibles ne soient fournies.

     

     Des gymnases impossibles à chauffer (11°C la nuit avec le chauffage) ont été ouverts.

     

     Les gens ont été à l’abri pendant 15 jours. Les agents ont décidé de déposer un préavis de grève pour prévenir contre la suspension du plan grand froid : préavis déposés depuis 2 à 3 semaines jusqu’au 14 mars.

     

     La mairie à prolonger de 2 jours puis de 2 nuits puis a pris la décision de fermer sur injonction de la préfecture.

     

     Les agents ont démarré une grève « perlée » avec  maintien de l’attribution des places à 18h + transmission du recensement des personnes à la rue ( une demie journée de travail). Les retenues sur salaires ont été suspendues.

     

     Le syndicat SUD va faire un courrier au Secrétaire Général du CCAS pour demander la non retenue des heures de grève.

     

     Suite à l’ouverture sauvage d’un gymnase la mairie a proposé un règlement de la situation uniquement pour les personnes présentes à l’intérieur du gymnase. Les personnes à l’extérieur sont délaissées : préoccupation unique de vider le gymnase.

     

     Occupation de l’ancien parc des congrès sur le parc des expos. Expulsion le samedi avec garde à vue de 3 militants du DAL avec chef d’accusation.

     

     RDV au Ramier à 19h 00 tous les jours pour décider d’action avec les militants.

     

     La préfecture a remis la pression sur la direction du CHRS en demandant des comptes sur la grève, les retenues sur grève et le service minimum. Situation très tendue entre préfecture et la direction du CHRS.

     

     La mairie a lâché : pas de volonté de maintenir les agents à l’abri.

     

     Maintenant les retenues sont plus importantes : 1 heure par jour jusqu’alors, passage à  2 collègues en grève une demi journée par jour.

     

     Les collègues tentent de rouvrir un lieu d’accueil sauvage pour les 60 personnes qui sont aujourd’hui dispersées sur plusieurs lieux.

     

     Il y a une réelle volonté du gouvernement de taper et casser les bâtiments pour justifier la répression. On ne peut que constater que cette

    question n’est pas une priorité pour le PS.

     

     

     Régime indemnitaire titre III

     

     Il est important de rappeler le poids de l’action syndicale pour obtenir l’obtention ou la modification d’un régime indemnitaire. SUD avait fait un préalable à toute discussion sur le RI le paiement des week-end et jours fériés au même niveau pour les agents du territorial et le agents de l’hospitalier et également la création d’un RI pour les EJE et pour la filière animation. C’est chose faite. Nous avons donc rencontré la direction en présence des autres syndicats. La direction a interrogé les syndicats sur leur priorité par rapport au RI. SUD a réaffirmé sa demande de maintien au minimum des acquis actuels et en particulier l’artcle 111 (prime d’assiduité) que nous estimons a contrario de la direction être hors du champs de cette discussion. Il n’est pas question que le nouveau RI se traduise par une perte d’argent pour les agents. SUD a demandé un état des lieux exhaustifs des RI au CCAS et également une information sur tous les RI en vigueur à la mairie CU, Ville. Nous avons demandé qu’un expert CU,ville nous en fasse le détail.

     

     

     

    La priorité pour la direction du CCAS est d’augmenter le RI pour des professions sur lesquelles le CCAS est en concurrence au niveau du recrutement avec d’autres structures ex : aide-soignant, infirmier, auxiliaire de puériculture. Elle nous a exposé que les contraintes budgétaires ne permettaient pas de traiter cette question sur un seul exercice budgétaire.

     

     Nous sommes loin de ce qui avait été annoncé à savoir : la volonté d’harmoniser le RI CCAS avec celui de la CU et de la ville qui est pour la majeur partie des cadres d’emploi plus favorable aux agents.

     

     Nous avons fait part de notre crainte qu’en procédant ainsi par saucissonnage, le risque d’habiller Paul pour déshabiller Pierre est réel. SUD a demandé que la politique du CCAS

     

    Sur le nouveau RI soit affirmé et écrit par le Président du CCAS. Nous ferons une demande en ce sens dans les jours prochains. Nous avons fait la demande que le RI soit saisi dans son ensemble et qu’un échéancier lisible soit fourni aux organisations syndicales….à suivre…